RIA, la revue de l'industrie agroalimentaire
Lundi 20 novembre 2017
Rechercher

Actualités

Etiquetage

Le Nutri-Score ne clôt pas le débat

  • agrandir
  • réduire
  • imprimer

Publié le vendredi 10 novembre 2017 - 12h47


La signature de l'arrêté sur le Nutri-Score (voir RIA News n°680) a suscité des réactions pour le moins contrastées. Rejoint, côté industriels, par Danone et McCain dans son soutien à l'initiative, Fleury Michon l'a déjà adopté pour soixante de ses produits et prévoit d'y convertir l'intégralité de son offre d'ici à fin 2018. Pour l'heure, 30 % de sa gamme est notée entre A et B et le groupe entend passer cette proportion à 65 % en 2022. Mais il faudrait « aller plus loin » selon lui, en le complétant d'informations sur les modes de production ou la présence d'additifs, d'antibiotiques, d'OGM...

Côté distributeurs, Intermarché et Auchan sont montés au créneau, en adoptant déjà cet étiquetage sur leur offre MDD en drive. Intermarché y a aussi converti trente références de salades traiteur en magasin et trente de plats cuisinés suivront en début d'année. Pour sa part, Auchan propose 200 références étiquetées en drive, avec l'objectif d'y passer toute son offre à marque propre on line d'ici à la fin de l'année. Des premiers produits sont annoncés en point de vente au mois de décembre.

Au-delà de ces soutiens déterminés, la démarche ne fait pourtant toujours pas l'unanimité. Certes, l'Ania s'est montrée bonne joueuse, prenant acte du feu vert délivré par la Commission européenne. Mais elle ne prend pas non plus fait et cause pour le Nutri-Score, promettant seulement pour l'heure « d'accompagner les entreprises qui décident de s'engager dans la mise en place d'un système d'information nutritionnel simplifié complémentaire ».

On pense alors aussi au système Nutri-Couleurs défendu par Nestlé ou Mondelez et que l'Alliance 7 a choisi de soutenir ouvertement. La fédération des produits de l'épicerie et de la nutrition spécialisée en appelle au passage à un dispositif « uniforme et entrant en vigueur simultanément dans tous les pays de l'Union européenne ». Le Cniel (Centre national interprofessionnel de l'économie laitière) ne se montre pas plus enthousiaste face au Nutri-Score, estimant qu'il « ne permet pas de resituer la contribution à un régime alimentaire équilibré de chaque aliment pris dans sa globalité ».

 

Partager cet article :

Les commentaires de nos abonnés (0)
Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de RIA
  • Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc situé en haut à droite de la page au niveau du bandeau du site.
  • Si vous êtes abonné, et qu’il s’agit de votre première visite, rentrez votre numéro d’abonné comme identifiant et votre code postal comme mot de passe.
  • Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de RIA, cliquez sur le lien ci-dessous :

S'abonner à RIA

Pour ne rien manquer de la semaine agroalimentaire
recevez gratuitement chaque vendredi
RIA Digest.

Infos, emplois, services.

SONDAGE

Filières : Que pensez-vous des annonces du Président de la République à l'occasion de la première phase des états généraux de l'alimentation ?

Tous les Sondages
Pop in

Nos offres d'abonnement à RIA
simples ou couplées.
Découvrir l'offre d'abonnement

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin de nous permettre d’améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus et paramétrer les traceurs. OK