La commission d’enquête parlementaire chargée de tirer les enseignements de l’affaire Lactalis a remis son rapport à la fin du mois de juillet. Par ailleurs, le Conseil national de la consommation a également publié ses préconisations pour améliorer les procédures de retrait-rappel des produits de consommations courantes. Et le Conseil national de l’alimentation travaille actuellement sur ces questions.

Après avoir notamment auditionné Emmanuel Besnier, les propositions des députés étaient particulièrement attendues, puisqu’elles pourraient déboucher sur une nouvelle loi. Parmi elles, le renforcement des sanctions pénales et financières à l’égard des entreprises défaillantes, le placement « de l’ensemble des contrôles relatifs à la sécurité des aliments sous l’autorité de la DGAL » (ministère de l’Agriculture) ou encore la création de 800 postes pour améliorer le système d’alertes.

Rappelant que « c’est à l’État de rester le garant de la sécurité sanitaire de l’alimentation », l’Ania se félicite de l’ambition de mieux coordonner les services de ce dernier, de mettre en place un site unique regroupant toutes les informations en cas de crise ainsi que le renforcement des contrôles officiels, notamment dans les nouveaux modes de distribution (importations, plateformes e-commerce…).

Consulter :

- Le rapport de la commission d’enquête parlementaire

- Le rapport du CNC