La guerre du saumon fumé ne fait que commencer entre Delpeyrat et Labeyrie, la première se lançant avec détermination sur les plates-bandes de la seconde (voir RIA News n°492). Alors que la période cruciale des fêtes approche, Labeyrie a intenté une action en référé à l'encontre de la campagne publicitaire initiée par Delpeyrat. Le juge des référés du tribunal de commerce de Paris a rendu son ordonnance jeudi dernier. Or selon leurs communiqués réciproques, chacun des deux protagonistes a gagné !

Delpeyrat se félicite ainsi que la nouvelle version de son film publicitaire pour sa gamme "LE Saumon" n'a pas été interdite. "C'est un film qui donne aux consommateurs les clés afin de choisir la meilleure qualité, en toute transparence", explique la filiale de Maïsadour. Et son directeur général, Frédéric Oriol d'ajouter : "les polémiques ne nous intéressent pas".

Labeyrie a répondu que c'était son action qui avait conduit Delpeyrat à modifier, avant le jugement, une première version du spot qui attaquait trop frontalement le leader du marché. Et précise au passage que sa nouvelle concurrente (en saumon fumé) a été condamnée à rembourser les frais de procédure. Selon Jacques Trottier, son directeur général, "il n'est pas positif d'arriver sur un secteur en dénigrant ceux qui l'ont construit : Labeyrie, c'est cinquante ans de savoir-faire sur un marché qui a triplé en vingt ans".