Encore présent cette année, McDonald’s a été l’un des pionniers de la présence des grandes enseignes au Salon de l’agriculture, profitant au passage de cette vitrine grand public pour communiquer sur ses démarches partenariales. Mais lors de ce SIA 2018, de nombreux acteurs ont mis les bouchées doubles pour témoigner de leur bonne volonté à faire avancer l’esprit des états généraux de l’alimentation, nonobstant les incertitudes de leur mise en œuvre concrète dans les négociations commerciales (lire également).

Certains industriels agroalimentaires sont désormais régulièrement au rendez-vous, comme Danone, McCain, Bonduelle ou, cette année pour la première fois, Fleury Michon. Danone a, par exemple, lancé avec Miimosa « Les pieds sur terre », un programme de cofinancement pour réduire l’impact carbone de ses élevages laitiers partenaires. Plus spécifiquement, le groupe Aoste s’est engagé à développer une filière label rouge avec l’association d’éleveurs de porcs Opale, située dans le grand Ouest. Ou encore Mondelez, qui a célébré le dixième anniversaire de sa filière blé durable Harmony initiée avec sa marque Lu.

Bien que certains en soient absents (Carrefour notamment), de grands distributeurs font aussi le déplacement. Disposant aussi d’un stand Porte-de-Versailles, Auchan a adhéré à Ferme France comme membre fondateur. Le groupe rejoint Advitam, Fleury Michon, Sodebo et Terrena dans cette association qui vise, entre autres, à créer un étiquetage d’évaluation de la performance sociétale des produits.

Mais c’est sans doute Lidl qui cherche le plus à se faire remarquer, multipliant les publicités aux abords du Salon. Il a signé trois conventions tripartites en s’associant à chaque fois avec un groupement de producteurs et un industriel : coopérative Blondes du Pays d’Oc et Bigard, coopérative porcine Cirhyo et Tradival, Association des producteurs de lait du bassin Centre et Chavegrand.