Le marché de la bière vient de clore sa quatrième année de croissance en France. Les ventes restent non seulement en hausse en GMS – + 3 % en volume, + 8 % en valeur –, mais elles retrouvent de surcroît la stabilité en CHR. Kronenbourg et Heineken développent une stratégie analogue autour de trois axes principaux : innovations sur les segments porteurs, mise en avant de marques à l’image artisanale et investissements industriels.

Le chiffre d’affaires de Kronenbourg n’a que peu progressé en 2017, de 932 à 936 millions d’euros. « Mais notre performance reste toujours portée par l’innovation, se réjouit Joao Abecasis, son PDG, d’autant qu’elle s’accompagne surtout d’une transformation de notre portefeuille. » La prémiumisation du marché profite en effet aux bières aromatisées, de dégustation ou sans alcool, dont la part est passée de 10,2 % à 27,5 % des volumes de Kronenbourg depuis 2010. Trois lancements de la filiale de Carlsberg porteront sur ces trois segments : Skoll Caïpiroska, Grimbergen Héritage de l’Abbaye et Tourtel Twist façon mojito, respectivement.

En attendant d’annoncer d’autres lancements en CHR ou sur le cœur de marché (les blondes spéciales), Kronenbourg élargit à la GMS son partenariat commercial avec Pietra et en ouvre un nouveau avec La Brasserie du Pays Basque. Grâce à un budget d’investissement en hausse de 8 % cette année, l’entreprise va consacrer 23 millions d’euros à la modernisation de son site d’Obernai, dans le Bas-Rhin.

Atteignant 1,002 milliard d’euros de chiffre d’affaires (1,7 milliard pour Heineken France, l’entité qui regroupe Heineken Entreprise et la société de distribution France Boissons), Heineken Entreprise est à touche-touche. « La diversité et le sans-alcool seront nos deux priorités en 2018 », explique Pascal Sabrié, président d’Heineken France.

La filiale française du groupe néerlandais met en avant sa « beer factory », un portefeuille de huit bières de découverte qui va accueillir trois nouvelles marques – Hapkin, Judas et Ciney – aux côtés de Mort Subite ou de Lagunitas.

Elle lance également Affligem Cœur de châtaigne ainsi que trois wild lagers sous la signature Heineken (Himalaya, Blue Ridge et Patagonie) et une Edelweiss givrée à 0 % d’alcool. Vingt millions d’euros d’investissements sont programmés cette année dans les trois sites de Mons-en-Barœul (59), Schiltigheim (67) et Marseille (13), dans le but d’augmenter d’environ 10 % leur capacité globale.